FlatWin@moi
Accueil du site > R1200GS LC > De la 2007 à la 2014...

De la 2007 à la 2014...

ou du flat gentil au flat tonique

Premières impressions après livraison

Au départ, pas de grosse surprise car la GS LC est conforme à ce qu’on a pu lire partout depuis sa sortie. J’ai toutefois trouvé l’ESA inconfortable lors des essais et je n’ai donc pas retenu cette option, me contentant des options RDC, pare-main, poignées chauffantes, régulateur de vitesse et feu diurne.

La LC a progressé partout notamment en maniabilité malgré ses pneus plus larges et un amortisseur de direction trop présent lors des manœuvres à pied ou à l’arrêt. Lorsqu’on passe de la 2007 à la 2014 on sent immédiatement l’amélioration sur la vivacité et la précision de la partie cycle plus prompte à réagir aux désirs du conducteur. Toutefois, le delta vivacité entre solo et duo semble plus important sur la nouvelle. A confirmer avec un autre train de pneu.

Le moteur n’est pas en reste, et contribue avec son punch suffisant à une certaine sensation de "perfection" ou d’aboutissement. La montée en température se fait beaucoup plus rapidement, l’indicateur affiche 90° en seulement 4 km en partant de 12°. L’accélération semble proportionnelle à la vitesse de rotation du poignet, probablement du fait de la programmation de la commande électrique.

Inclinaison et poids identiques, pourtant la nouvelle est un peu plus facile à relever de la latérale.

La boîte de vitesse s’avère plus bruyante que la précédente et offre une commande parfois capricieuse.
la selle, plus ferme, est cependant mieux dessinée et plus confortable. La sensation d’avoir les jambes moins pliées est réelle et la bulle est parfaite pour mes 173cm, offrant moins de bruit et de turbulences.
Comparaison avec la bulle standard en position 3 sur la 2007

Le mode RAIN montre son intérêt au fil du rodage, offrant une accélération plus progressive à bas régime et rend la moto plus douce lors des manœuvres dans les bouchons et en inter-file.
La commande d’embrayage se fait dans le beurre, le régulateur de vitesse présente le même attrait que l’option poignées chauffantes : une fois goûté on ne pourra plus s’en passer, d’autant qu’il n’y a aucun à-coup perceptible, on ne le sent pas travailler ! Lâcher la main droite procure une nouvelle sensation très plaisante.
Le tableau de bord (dont la luminosité nocturne est paramétrable) est agréable et lisible. Certaines données comme l’heure sont désormais affichées en permanence. Il n’y a plus de bouton sur le bloc compteurs, tout se pilote du commodo gauche.
En parlant de bruit, celui de la LC est parfaitement dosé : genre "flatteur" pour le propriétaire mais jamais gênant à la conduite, ils ont bossé depuis la 2010 !
Il est toujours inutile d’espérer rouler sans un pantalon de pluie sur chaussée humide du fait des projections de la roue AR. Les selles sont plus exposées aux salissures que sur la version précédente. Question nettoyage, j’ai trouvé un léger avantage à la nouvelle avec une boucle arrière finalement plus rapide à nettoyer. L’ensemble moteur/boîte qui offre beaucoup de surfaces lisses semble aussi plus simple à maintenir propre. Toutefois la jante avant et le couple conique sont plus compliqués à décrasser manuellement que sur l’ancienne.

la béquille surprend à aller chercher et il faut s’habituer comme à chaque changement de moto. Au bout de 4 jours d’utilisation on n’y pense plus.

Détail secondaire auquel je pense suite à un petit accident survenu l’été dernier : lorsque mon fils a percuté ma valise, la fixation optionnelle sur la 2007 a été arrachée et j’ai simplement eu à la racheter. Sur la nouvelle, le support faisant partie de toute la carrosserie arrière, j’espère que le même incident n’obligerait pas à remplacer la coque AR en résine. Ceci est à tempérer car le système de retenue intégré à la valise est différent et lâchera peut-être avant une dégradation de l’habillage sur la moto. Cependant la platine support Top-Case laisse un porte bagage parfaitement plat lorsque ce dernier n’est pas monté.

platine top case bien plate pour poser un sac

Après 3 semaines d’utilisation...

...les écarts de ressenti se creusent avec l’ancienne génération. Lors d’un essai de 30 minutes, on se rend compte que la moto a un progressé un peu partout mais l’écart ne semble pas très important et le retour sur le millésime 2007 pas trop frustrant. Au bout d’une semaine d’utilisation par contre c’est une autre musique ! le retour sur l’ancienne est beaucoup plus douloureux et on se rend compte que l’accumulation de petits plus partout font un assez gros delta au final et la moto a beaucoup plus progressé qu’on n’avait pu le ressentir apriori.

J’ai plus de mal à me ré-habituer à la commande de clignotants "BMW" de la 2007 en descendant de la 2014 alors que l’inverse se fait plus facilement. Pourtant, je préfère la commande classique aux 2 pouces, malheureusement il faudra se résigner à la standardisation décidée.

Et après un premier voyage, les qualités se confirment et une mauvaise surprise se révèle !

Les 2300 KM de la Flatapak 2014 au Luxembourg confirmeront le gain en confort sur le millésime 2014. La GS LC a fini de démontrer que sa facilité et sa protection la rendent moins fatigante sur longue distance. Le mal aux fesses arrive plus tard du fait d’une selle mieux dessinée et plus ferme. On se rend vite compte que la vivacité de la partie cycle fatigue moins, surtout en fin de journée viroleuse. MAIS un défaut contrariant est venu gâcher le tableau. Il m’est arrivé d’être obligé de freiner en courbe déjà bien penché et j’ai eu la surprise de découvrir que la moto se relève lorsqu’on lui redonne une louche de freinage avant sur l’angle. Je ne suis pas le seul qui a été surpris par ce comportement, habitué à la neutralité du modèle précédent en pareille situation sur lequel on pouvait serrer le levier de frein AV sans risque en situation imprévue. Il va falloir s’habituer à utiliser la pédale de frein AR s’il faut ralentir fortement en courbe en cas de conduite sportive... à nuancer tout de même, car en conduite normale même sur les freins en courbe tout est normal ; simplement, à l’attaque, la vivacité de la partie cycle va imposer une répartition plus délicate des freins AV/AR.

Consommation d’huile : la bonne surprise ! Après 3000 km dont 1300 d’autoroute le niveau d’huile n’a pas baissé dans le hublot. Par comparaison, la 2007 aurait avalé 0,35L d’huile dans les même conditions.

Points positifs de la nouvelle sur l’ancienne :
- Qualités dynamiques encore un cran au dessus : vivacité, précision, légèreté ressentie à la conduite, moins fatigante sur longs trajets.
- maniabilité (relevage de la latérale sensiblement plus facile), la moto semble plus courte
- agrément moteur (punch et faible inertie), régulateur de vitesse
- rétroviseurs sans vibrations
- vibrations dans les mains et les pieds mieux contrôlées.
- confort : triangle guidon, selle, repose-pied idéal, protection de la bulle
- protection des jambes sous la pluie, les radiateurs et leur carters protègent de l’eau.
- selle passager ajustable
- supports de bagagerie plus discrets (la platine top case laisse un porte-bagages plat).
- consommation d’huile insignifiante

Points négatifs de la nouvelle par rapport à l’ancienne :
- commande de boîte parfois imprécise en ville. BV qui claque.
- amortisseur de direction qui grève la maniabilité à l’arrêt.
- la moto se relève en cas de freinage AV appuyé sur l’angle en conduite sport
- projections de salissures sur les selles et les bottes sur sol humide
- pas de logement U sous la selle passager
- commande des clignotants
- mise sur la béquille plus difficile qu’auparavant

Accueil du site > R1200GS LC > De la 2007 à la 2014...
SPIP | | M'écrire | Suivre la vie du site RSS 2.0